TRADITIONS TAURINES SANS MISE A MORT…

J’ai vu des billets anti-corrida et reçu un mail avec des images choquantes. En réaction à ces images, voici un hymne à la "Course Camarguaise", traditions s’il en est ou le respect du taureau est de rigueur. Quand le mot "fête" veut encore dire quelque chose…
 Prochainement je mettrai d’autres traditions taurines non-violentes…

 
VOILA ÇA C’EST DU SPORT AU MOINS…
 
Traditions provençales.
LA COURSE CAMARGUAISE
ou l’âme d’une région avec l’art de sublimer le taureau et de le respecter !
   Contrairement à la corrida, la course camarguaise ne voit aucune effusion de sang et le taureau retourne au prè après avoir été ovationné par le public…. Donc pas de mise à mort !

Si la capitale nationale de la Course Camarguaise (dite également course libre) est Nîmes, c’est certainement pour faire un pied de nez aux corridas meurtrières.
Un siège national dans le Gard et pourtant la renommée de la course camarguaise prend un rayonnement européen et même international.
Il faut constater qu’à l’instar de la corrida, ici, en bouvine, les taureaux sont les héros de la fête, et ressortent vivants des arènes, souvent acclamés pour leur bravoure et leur noblesse.
Le monde de la bouvine, qui est traditionnel à la Camargue et la petit Camargue rayonne seulement sur quatre départements : le Gard, les Bouches-du-Rhône, l’Hérault et le Vaucluse.
Seulement quatre départements qui travaillent à la renaissance des jeux d’antan.

L’AME D’UNE REGION

Le principe de la course camarguaise est simple : les hommes (les raseteurs) doivent enlever de la manière la plus élégante possible, les attributs (cocardes, ficelles et glands) qui sont fixés sur la tête du taureau. Ainsi, suivant la vélocité, l’adresse, et le courage de ces "hommes en blanc", mais aussi la combativité du taureau, le jeu entre la bête et le raseteur offre un face à face exaltant.
Il convient également de signaler que les raseteurs sont munis d’un crochet qui sert à couper et à conserver plus facilement qu’à mains nues, les cocardes enlevées aux animaux.
Pendant un quart d’heure, le public appréciera la qualité et l’élégance des rasets, les risques pris par ces hommes, souvent enfermés dans un coin d’arène. Le salut ainsi, face aux cornes du taureau, exige de sauter la barrière pour se réfugier en contre-piste. Le taureau, lui, reste la vedette…

TAUREAU PASSION

En Provence, la course camarguaise protège "son" taureau. Il le faut combatif, défendant du mieux possible pendant quinze minutes les attributs fixés sur sa tête et ses cornes contre les attaques parfois spectaculaires, voire acrobatiques, des raseteurs…
Et, sur les affiches des courses camarguaises, ce ne sont pas les noms des raseteurs qui sont marqués en gros caractères, mais bien ceux qui ont rangs d’idoles, à savoir les taureaux.
Ainsi les meilleurs "bioù" (taureaux) après quelques années de combats, voire de jeu avec les raseteurs, finiront leur existence, de leur belle mort, et en grands seigneurs, dans une manade au bord du Rhône. Certains auront leur statue comme "Sanglier" au Cailar, Goya" et "Le Clairon" à Beaucaire.

PAS DE SANG,
PAS DE BLESSURE

La course camarguaise exalte véritablement l’honneur, la dignité et la bravoure du taureau. Le sang ne coule jamais dans la course camarguaise. En terre de bouvine, l’on aime trop le taureau pour le voir souffrir…
La légende raconte que le marquis de Baroncelli, chantre de la Camargue, est enterré entre son cheval de selle et son taureau favori. Les deux animaux seraient debouts. Dernier hommage d’un homme à ses deux vaillants et fidèles compagnons.
Pour la Provence, et plus particulièrement la Camargue, la course camarguaise est l’âme de cette région.
Une tradition dans laquelle souffle l’esprit du quotidien des manadiers, des clubs taurins et des "aficionadous". Et si les raseteurs, Pellegrin, Mezy, Chomel et autre Ferrand ont été les stars des arènes, ils le doivent à des taureaux valeureux, nobles, braves qui les ont mis en valeur.

La communion est parfaite entre l’homme et la bête. Dans la course camarguaise, la bête, digne représentante du Dieu Mithra, est un symbole indestructible qui ne doit pas être maltraité.

Ici, entre ciel et terre, la pratique de cette "fé di bioù" (passion du taureau) est devenue une véritable religion.

JEAN-DANIEL

Info-Camargue    
 

Info-Camargue    
Publicités

6 réflexions sur “TRADITIONS TAURINES SANS MISE A MORT…

  1. Moi non plus, je suis totalement "contre" les corridas, ça devrait être interdit comme toutes les formes de violence d\’ailleurs !

  2.  
                                                          
                                    Que vivent les FETES !
                                    Que VIVENT LES BETES !
                                               F R A N E

  3. Je vis en Provence et ici les Toros sont rois…
    Je n\’aime pas non plus la corrida…
    Mais la course camargaise c\’est bien autre chose et je peux te dire que c\’est très beau…
    Ils sont très beaux nos Toros….
    Ici il y a des arènes dans tout les villages, et les enfants commencent  très tôt à apprendre à raseter avec des veaux .
    Merci Rosine de défendre cette course, qui amènera peut être… j\’espère, la fin de la Corrida.
    Gros smouick de Hulotte.
     
    P.S. il en reste un bout… mais t\’es juste un petit peu trop loin…  ;0))

  4. bravo pour ce billet !
    les corridas, c\’est à en vomir !
     
    Oui aux raseteurs….. et à ces fêtes paisibles et ludiques…. dans certains coins aussi il y a les voltigeurs qui font des sauts spectaculaires au dessus des taureaux ou vachettes qui chargent…..
     
    bie biz et bonne soirée
     

Amis Raslebolistanautes, merci de votre visite

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s