ECHEC SCOLAIRE, REFORME ET IMMIGRATION…

J’ai regardé « Mots Croisés », et j’ai entendu de belles phrases, comme celle-ci : « il faut enseigner que la France a la littérature la plus belle du monde »…  Cette phrase fera l’objet d’un autre article…

Ou celle-ci : « l’école ne fais pas son travail » !!!

Étrange… Alors que deux jours avant j’étais en train de regarder des vidéos où l’on voit des parents convoqués à l’école, pour entendre des remarques concernant leurs enfants. Parents qui ne parlent pas le français. Comment peuvent-ils comprendre ce qui leur est expliqué ?

Pour exemple, je vais vous parler de cet enfant que je faisais travailler  à l’étude en CP (alors qu’il était déjà redoublant), et qui avait de grosses difficultés pour lire. Sa famille était originaire d’Amérique du sud. Il s’appelait Juan.

Nous répétions le travail de lecture du jour, à plusieurs reprises, mais tout était oublié le lendemain… Ses parents ne parlant pas du tout français, ils ne pouvaient absolument pas l’aider, et surtout le soir dans la maison, il ne pouvait pas du tout s’exprimer en français. Comment aurait-il pu progresser ???

Et ce qui peut être une vraie richesse de même qu’un facteur de réussite scolaire à partir de la sixième (être bilingue), constituait pour lui un obstacle infranchissable. Malgré mes efforts, sa bonne volonté ou celle de ses parents, il est parti en enseignement spécialisé.

Comment voulez-vous que les jeunes issus de l’immigration aujourd’hui, dont les parents ne parlent pas français (ou pire : savent parler français mais ne le parlent pas à la maison), puissent se retrouver ne serait-ce qu’à égalité avec des enfants de parents français, parlant français à la maison, et surveillant les devoirs le soir ???

Cela crée forcément des rivalités, entre « les bons élèves » et « les mauvais ». (attention, dans cette phrase, il y a des guillemets qui pourraient donner à penser que les élèves n’ont pas tous le même niveau).

Ceux qui ont eu à la naissance « la bonne famille » et ceux qui ont eu « la mauvaise » (attention il y a dans cette phrase des guillemets qui pourraient donner à penser que je pointe les différences sociales)…

Ceux qui ont dés le départ : « de bonnes chances d’y arriver » et ceux qui « sont plantés au départ » (attention il y a dans cette phrase des guillemets qui pourraient donner à penser que certains jeunes n’ont pas toutes les chances de faire de bonnes études).

Ces inégalités structurelles sont celles qui creusent le trou du racisme (attention, il y a dans cette phrase un sous-entendu qui pourrait donner à penser que les inégalités à l’école peuvent être la source de l’émergence de racisme antifrançais).

Pour essayer d’obtenir une forme de nivellement, et un semblant d’égalité, les politiciens ont inventé « la réforme de l’Education Nationale », ils ont fait en sorte d’entraver les pieds des hypothétiques « bons élèves » pour permettre « aux mauvais » de « combler leurs retards ». Pour parvenir à ce résultat, tout est bon : des suppressions de postes à l’appauvrissement des apprentissages… (Attention, il y a dans cette phrase un sous-entendu qui pourrait donner à penser que l’état joue aux dés avec l’avenir de nos enfants)…

Et loin de faire progresser tout ce petit monde, les réformateurs ont découragé les enseignants qui ont perdu le sens de leur métier, les « bons élèves » ont perdu le niveau qui était le leur, comme toute chance d’accéder à de bonnes places. Car à l’entrée en FAC, la faiblesse de niveau devient flagrante (tout autant que les fautes d’orthographe ou de grammaire), sans pour autant que « les mauvais élèves » aient pu rattraper leur retard (attention, il y a dans cette phrase un sous-entendu qui pourrait donner à penser qu’il y a de l’échec scolaire dans notre pays).

Et comme disait l’ami qui a mis un billet sur « l’écrémage à la FAC » et les fils de… Eux seront toujours récupérés par des notes de complaisance et finiront administrateurs des grands organismes d’urbanisme gouvernementaux, quand bien même ils pourraient se révéler être des cancres parfaits (attention, il y a dans cette phrase un sous-entendu qui pourrait donner à penser, soit que je m’autorise la critique de certaines classes dirigeantes, soit que certains parvenus n’ont pas le niveau intellectuel que leurs emplois requièrent et qu’ils auraient pu bénéficier de passes droits).


Les enfants de la classe moyenne dont les parents caressaient le secret espoir de voir pour eux la réussite professionnelle, ceux-là sont fort déçus et risquent bien de se retrouver balayeurs avec BAC + 5, ou sont contraints de s’expatrier pour trouver un job (attention il y a dans cette phrase un sous-entendu qui pourrait donner à penser que nos enfants sont obligés de s’expatrier pour réussir à trouver un emploi correspondant à leur niveau d’études).

Les plus défavorisés n’ont même plus la chance de trouver un travail en usine, car elles sont toutes en train de plier bagage (attention, il y a dans cette phrase un sous-entendu qui pourrait donner à penser que NS ne tient pas ses promesses d’empêcher les délocalisations)…

Et pour ceux qui ne savent ni lire ni écrire, ils finiront par faire la manche aux carrefours, et dormir sous les ponts (attention, il y a dans cette phrase un sous-entendu qui pourrait donner à penser qu’il n’y a pas de travail pour tous et que la France s’appauvrit) !

Alors « La France a
le meilleur des systèmes scolaires » ???

Il ne faudrait pas nous
prendre pour des pigeons en prime…


Publicités

11 réflexions sur “ECHEC SCOLAIRE, REFORME ET IMMIGRATION…

  1. Je suis d\’accord, le niveau de la qualité de l\’enseignement a baissé, en particulier pour les jeunes d\’aujourd\’hui, y compris pour les enfants de Français d\’origine française.On a voulu pousser tout le monde au Bac, en passant d\’une classe à l\’autre chaque année sans vérifier que le niveau était acquis. Une bêtise !

  2. Et il y a toujours le rêve de faire de "bonnes études", alors que les jeunes (nouveaux bacheliers) n\’ont absolument plus le niveau requis. Tout se passe comme si il ne fallait surtout pas lever le lièvre. Il faut à tout prix maintenir le taux de réussite au BAC et remplir les FACS pour mettre en valeur le système scolaire… Pour les jeunes qui sont de plus en plus à côté de leurs pompes en classe (la faute au language SMS et au patois des cités), autant demander à Paris Hilton d\’escalader l\’Everest en talons aiguilles !!!Voila pourquoi la réforme a été instaurée : semaines allégées, matières ajoutées pour noyer le poisson, moins d\’heures de français et de maths…. Jusqu\’où ira-t-on ???http://www.evene.fr/celebre/biographie/jean-paul-brighelli-21979.phpExtrait de son livre "A Bonne Ecole" :Le Crétin n\’est pas une fatalité. Partout, la résistance s\’organise. Derrière les portes closes de leurs classes, des enseignants, par milliers, violent des programmes et des instructions mortifères. Les parents les plus disponibles contournent, à grand renfort de cours particuliers et de pédagogies parallèles, l\’école au rabais que l\’on a voulue pour leurs enfants. Et les élèves eux-mêmes, peu flattés d\’être désormais des \’apprenants\’, préfèrent un vrai travail au zapping ludique qu\’on leur propose encore trop souvent. L\’ennemi cependant ne se laisse pas faire. La secte pédagogique, bien organisée derrière les murailles de ses IUFM, lance ses oukases et ses excommunications. Sous prétexte d\’égalité des chances, beau slogan dévoyé par des idéologues qui confondent pédagogie et démagogie, ils tentent d\’éradiquer la culture – forcément \’bourgeoise\’ – et le savoir – toujours \’élitiste\’. Les solutions sont à portée de main. L\’école est à réorganiser, de la maternelle à l\’université, afin de faire coïncider enfin la compétence et le diplôme. La vraie égalité des chances, c\’est de permettre à chacun d\’aller au plus haut de ses capacités – et non de distribuer à tous un Bac dévalué. Extrait de son livre "La Fabrique du Crétin" : Nos enfants ne savent plus lire, ni compter, ni penser. Le constat est terrible, et ses causes moins obscures qu\’on ne veut bien le dire. Un enchaînement de bonnes intentions mal maîtrisées et de calculs intéressés a délité en une trentaine d\’années ce qui fut l\’un des meilleurs systèmes éducatifs au monde. Faut-il incriminer les politiques, les profs, les parents, les syndicats, les programmes ? En tout cas, la Nouvelle Pédagogie a fait ses \’preuves\’ : l\’école a cessé d\’être le moteur d\’un ascenseur social défaillant. Ceux qui sont nés dans la rue, désormais, y restent. Dès lors, que faire ? Extrait de son livre "Une école sous influence ou Tartuffe-Roi" :Le barbare nouveau est arrivé. Conforté dans son ignorance par un système scolaire qui privilégie le droit de dire des bêtises plutôt que la liberté de penser, et préfère la Pédagogie molle au dur apprentissage des savoirs, il assène, dans une langue mutilée, ses certitudes glauques : mépris des filles et des femmes, haine de la science et de la réflexion, préjugés d\’hier et d\’aujourd\’ hui. Bien que minoritaire, il fait régner sa loi, de l\’école au lycée – et au-delà. Car la violence est le mode d\’expression favori de ce mutilé de l\’intellect. Comment en sommes-nous arrivés là ? Par quel enchaînement létal de bonnes intentions, de prêt-à-penser flasque et de lâchetés cumulées, avons-nous laissé l\’école s\’éloigner de l\’idéal laïque de l\’Instruction publique ? Au nom de quelle fausse idée de la démocratie et de l\’égalité des chances avons-nous trahi la République, et conforté les inégalités ? Je vous cherche un ou deux articles de son cru… Bisesssssss

  3. Yves, ça donne bonne conscience, et ça fait "ascenseur social" et "discrimination positive"… C\’est utopique comme le laisse entendre les échecs multiples en FAC;;; Voici deux liens d\’articles de Jean-Paul Brighelli, avec des liens internes aux articles que vous pouvez suivre également :http://www.marianne2.fr/Quand-Le-Monde-retourne-a-la-soupe-pedagogiste_a182137.htmlhttp://www.marianne2.fr/Cope-et-Peillon-ont-tout-faux-sur-l-ecole!_a182591.htmlBisessssss

  4. Le bac, plus précisément le bac avec mention, c\’est fait pour les très bons élèves destinées à rentrer dans les grandes écoles (HEC, ENA, X), pas pour la masse des autres, ou pour intégrer, par exemple, l\’école des gardiens de la paix après un concours réussi. Cela avait encore une utilité il y a encore vingt-cinq ans quand les entreprises du tertiaire formaient les salariés.Pour travailler dans le privé, ce qui est le destin de la majorité des gens, un CAP d\’aide-comptable, par exemple, sera plus utile. Quant à la culture générale, on a toute la vie pour ça. Tout cela est ridicule, un jour, si ça continue, où tout le monde voudra être patron et plus personne ouvrier, employé, cadre non dirigeant. ???Dans la vie, c\’est comme à l\’armée, on commence deuxième classe, pas général.Les entreprises n\’aiment pas collaborateurs sur-compétents, alors à quoi peut servir d\’avoir un niveau d\’études et de compétences supérieur à celui que veut voir un patron sur le CV de chacun ???Tout cela parce qu\’il y a vingt ans en arrière des diplômés rentraient dans l\’administration en passant le concours inférieur à celui qu\’ils auraient du passer. Dans la Police Nationale, il y a plein de grdiens de la paix qui sont plus diplômés que des commissaires. ???

  5. Dans un monde parfait, chacun DOIT réussir, et surtout cela permet de calmer un peu le jeu dans les cités, une façon de dédramatiser la scolarité, et dire que tout le monde peut y arriver y compris s\’il s\’appelle Mouloud (c\’est un rappel pour des vidéos que j\’ai vu hier mdrrrrrr)Le problème vient du fait que pour réussir à faire passer les classes aux cancres, il faut baisser le niveau de toutes les classes. C\’est l\’école qui DOIT s\’adapter, et au pire, le gouvernement va pouvoir dire que "c\’est la faute des profs" qui ne font pas leur boulot… Moi ça me choque beaucoup, car ce ne sont pas les profs qui imposent la réforme, mais ce sont eux qui sont au casse-pipe tous les matins !!! Bisessssss

  6. Que des vérités sur ce billet ! vive les enseignants ! qu\’ils faut vraiment soutenir lorsqu\’ils réclament concertation sur les programmes et les pédagogies…

  7. Je crois en effet qu\’il faut soutenir les enseignants ainsi que notre école publique. De même s\’il faut la réformer ce doit être pour en banir l\’échec, et pas seulement envoyer les enfants dans la classe supérieure pour avoir la paix alors que l\’on sait très bien qu\’ils n\’ont pas le niveau requis. Parce "réussir", ça ne devrait pas être seulement réussir en classe, mais que l\’école permette à chacun d\’avoir le bonheur de réussir sa vie ! En premier en continuant de mettre en valeur l\’enseignement technique, qui est le meilleur moyen de "sortir" de l\’enseignement avec un vrai potentiel d\’emploi. Qui n\’a jamais entendu un étudiant dire "Je ne sais rien faire"… ?Et en second, parce que je crois qu\’il y a profondément quelque chose de bien en chacun de nous, et que c\’est cela qui doit être trouvé et mis en pratique. Tout le monde n\’est pas Albert Einstein… Bsessssss

Amis Raslebolistanautes, merci de votre visite

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s