EN AVANT POUR LE BAL DES COCUS !

Suite de mon dernier post, modifié, les explications ici :

Il me vient à l’idée que la liste des « cocus » est très longue dans cette tortueuse et médiatique histoire…

-En tête de liste il y a évidemment Anne Sinclair, épouse de DSK et ancienne journaliste présentatrice de 7/7 de 1984 à 1997 !

-En seconde position sur la même ligne se trouvent tous les cocus du PS, et bien particulièrement ceux ou celles qui pensaient intriguer pour obtenir un poste de ministres puisque DSK avait de bonnes chances d’être élu !

-Enfin, sur la dernière ligne, associés sous la même bannière de cocus de l’année, figurent tous les ex-futurs électeurs de DSK, qui pensaient avoir trouvé en lui le candidat dont les compétences en matière économique pouvaient permettre à notre beau pays de retrouver le chemin de la croissance !

Et, je vous rassure, je fais partie du lot !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

23 réflexions sur “EN AVANT POUR LE BAL DES COCUS !

  1. @Rosy’n
    Je n’ai pas lu le livre « société de défiance. Comment le modèle social français s’autodétruit ». L’autorité de l’Etat français est fondé sur la contrainte et non pas sur la confiance. Dès lors la défiance est naturelle. Le modèle social est fondé une assurance-santé qui viole toutes les règles habituelles des compagnies d’assurance. Il est logique qu’un tel modèle s’autodétruise à cause de son incohérence logique.

    • Je ne l’analyse pas de cette façon, parce que je ne ramène pas l’ensemble de la protection sociale à l’état, tout simplement parce que la protection sociale repose chez nous à la base sur la solidarité. Pour moi il s’auto-détruit parce qu’il y a plus de dépenses que de recettes, comme dans une entreprise, et forcément, à terme, il va falloir réduire les dépenses si on ne parvient pas à augmenter les recettes… C’est ce qui se passe avec les déremboursements et la réforme des retraites d’une part, la mise en place de la CSG et la CRDS d’autre part….
      Replâtrages sur un crépit qui se désagrège 👿

      Augmenter les recettes voudrait dire créer de l’emploi, et nous n’en créons pas :
      1/ L’état ne remplace qu’un fonctionnaire sur deux ;
      2/ Beaucoup de grandes entreprises françaises délocalisent, créant des emplois et de la richesse ailleurs ;
      3/ Les grandes surfaces mettent en place des caisses automatiques ;
      4/ On camoufle tout ça sous le rideau des emplois précaires (ou aidés), des temps partiels ou de l’intérim 😈
      Et j’en passe…

      La première grande connerie des 40 dernières années a été la mise en place du collège unique, pour satisfaire l’utopie de l’accès à l’ascenseur social pour tous. En particulier il fallait que le plus grand nombre possible des jeunes issus de l’immigration atteignent le BAC en premier, et si possibles la FAC. Une chance pour tous qu’y disaient… Moralité on a remis en cause le redoublement parce que les parents râlaient, on a surnoté pour « donner » le BAC, et une kyrielle de jeunes arrivent à la FAC en faisant vingt fautes par pages. C’est sans doute avec ça que de grands experts pensaient que l’intégration allait se faire et que le calme allait revenir dans les cités ?

      En réalité il y a tout un tas de gamins que l’on maintient de gré ou de force dans les collèges parce qu’ils n’ont pas 16 ans, ce qui occasionne de la violence dans les établissements, dont harcèlement sexuel pour les filles de la part de gugusses qui ont 15 ou 16 ans et qui sont dans les classes de 5ème…

      Sans compter qu’il a bien fallu « adapter » les programmes et que la France a reculé dans l’indice de réussite… En handicapant les élèves qui avaient peut-être réellement une chance, mais qui l’on perdue. La droite ou la gauche sont pour moi aussi responsables de cet échec parce qu’ils étaient au pouvoir, ou ont laissé faire, mais ça il ne faut pas le dire non plus. Je m’en moque pas mal, j’ai l’habitude de dire des choses qui ne sont « pas bonnes à dire » !

      La deuxième grosse erreur sur la même période a été de dévaloriser le travail manuel. Mais tout le monde ne peut pas devenir ingénieur en foot ou en jeux vidéos, ça se saurait. Et que vont devenir tous ces nouveaux « bacheliers » a qui ont a fait miroiter « la réussite » dans un pays qui perd de l’emploi ?

      Côté salariés potentiels :
      Ces nouveaux diplômés se trouvent confrontés au chômage. Un certain nombre d’entre eux s’adaptent au marché de l’emploi, mais beaucoup s’estimeraient « déclassés » d’occuper des postes peu valorisants (maçons ou serveurs de Guéant…). Ils stagnent dans l’assistanat, avec les chômeurs qui refusent de changer de branche, ou d’être mobiles, et ils finissent par quitter les statistiques parce qu’ils faut bien magouiller un peu pour faire baisser les chiffres en période électorale. C’est facile, les électeurs sont prêts à croire tout ce qu’on leur dit !

      Sans compter ceux qui montent leurs petites entreprises de substances illicites, parce que là il y a toujours de grande possibilités de croissance… Aïe, je sens que je vais encore me faire taper sur les doigts…
      Bises et bonne journée

      • Tout a fait en accord avec toi, Rosine au sujet du travail manuel. Mon fils cadet m’en a administré la preuve en allant « faire sa vie » en Allemagne. Préférant le travail manuel à une bardée de diplômes…il a réussi et est maintenant a la tête d’une petite équipe…et d’une belle famille avec deux enfants. S’il était resté en France, il aurait été sous-payé…..et peut être chômeur maintenant…!

        • Et oui… Ma fille a un BAC +5 et elle nous a fait la remarque qu’elle « ne savait rien faire »… Elle a donc enchainé avec un BTS pour trouver du boulot, et elle attend sa titularisation depuis un moment. Là aussi les cirages de pompes sont de rigueur et passent prioritaires 👿
          La vie est un combat où seul les plus entreprenants réussissent.
          Compliments à ton fils !
          Bises et bonne soirée

      • @Rosy’n
        1. Je suis solidaire de qq’un si je l’ai décidé. Je n’en suis pas solidaire si je ne l’ai pas décidé. L’État a changé le sens du mot « solidarité ». L’État exerce une contrainte légale qui n’est pas une solidarité.

        2.Oui, dépenser plus que les recettes, cela signifie une perte nette, une destruction de richesse.

        3. L’Éducation Nationale est un monopole de l’État. Un monopole ne se réforme que s’il est soumis à une concurrence. Sinon, il persévère dans ses erreurs.

        4. Le chômage français provient de l’accumulation des interdictions légales de travailler.

        • Les cotisations sociales, qui alimentent les caisses d’assurances diverses (Sécu, vieillesse et autres) sont obligatoires, ce sont des taxes, des impôts… Alors pourquoi est-ce que les politiciens nous parlent toujours de « solidarité » ?
          Et si tu payes tes « charges sociales », tu es solidaire, que tu le veuille ou pas, tout comme moi… ! 😦

          L’éducation nationale n’est pas totalement un monopole, puisqu’il existe des écoles publiques, même si elles sont sous contrôle d’état pour l’enseignement. Mais le problème des réformes de l’E.N c’est qu’elles se heurtent à chaque fois contre des idéologies, et qu’il n’y a rien de pire que d’avoir des bons sentiments erronés, et de faire des blocages archaïques sur des idées fausses en pensant « faire le bonheur du peuple »… C’est comme l’idéologie de la fausse bonne idée des 35 heures, ou de la retraite à 60 ans impossible à financer en l’état…

          Mais la crise n’est pas une idéologie, les politiciens ne sont que des hommes, faillibles, qui ne se projettent pas dans l’avenir, qui n’envisagent pas une seule seconde les conséquences financières de leurs votes, qui fonctionnent en groupe avec un seul cerveau… Et il y a aussi les lobbies pour faire bonne mesure !!!
          Bises et bonne soirée
          PS : je pense toujours que je dois passer pour la vidéo…

          • @Rosy’n
            L’Etat est un illusionniste. Il invente une nouvelle définition du mot « solidarité ». Ensuite, chacun confond la définition traditionnelle du dictionnaire et la nouvelle définition inventée par l’Etat. C’est un peu comme dans le roman « 1984 » qui met en scène un Etat totalitaire qui change le sens de nombreux mots usuels.

            Les écoles privées sont des « sous-traitants » de l’Education Nationale. Les programmes et horaires sont imposées. Leurs profs sont payés par l’Education Nationale. Ces écoles prétendues « privées » obéissent à l’Education Nationale mieux que les écoles publiques.

            Prétendre faire mon bonheur contre ma volonté ne me plait pas. Mais certains politiciens pensent savoir mieux que moi quels sont les besoins. Ils prennent dans ma poche pour m’offrir ce que je n’ai pas demandé. Voire souvent ce que je n’aime pas.

            Oui, les hommes de l’Etat ne sont ni meilleurs ni pire que dans les entreprises. Mais les entreprises sont en concurrence pour rendre le meilleur produit au moindre coût. C’est vital pour elles. Elles sont soumises au vote des clients chaque jour. Ils achètent ou n’achètent pas. Si le client n’achète pas, l’entreprise disparaît. Le monopole des services rendus par l’Etat n’incite personne à faire des efforts pour améliorer le service rendu.

        • Précise un peu plus ta pensée lorsque tu dis : « Le chômage français provient de l’accumulation des interdictions légales de travailler. » Merci

          • @Rosy’n
            Un rapport de l’OCDE m’a suggéré cette formulation de la cause du chômage français. Cet organisme international est financé par les Etats européens. Ce rapport est sévère pour le chômage en France.
            1. La salaire minimal interdit de travailler à ceux dont la productivité est inférieur à ce salaire minimal.
            2. Lorsqu’un smicard reçoit 1000 euros, son employeur paye pour lui 950 euros de charges sociales. Le vrai salaire d’un smicard est donc 1950 euros. L’Etat en prend 950 en impôts et taxes sociales. le taux de cette taxe nuit à l’emploi.
            3. Chaque loi protégeant le salarié est toujours, in fine, payé par le salarié lui-même et non pas par l’employeur. C’est ce qu’on appelle la « loi de l’incidence fiscale ». C’est une loi économique connue depuis le 18e siècle. L’exemple des charges sociales du smicard illustre ce mécanisme de l’incidence fiscale.

  2. Dans la période de recul social et de démolition que constituent ces 30 dernières années, DSK et ses petits amis ont déjà eu le pouvoir… Tout ceci est un grand cirque, hi hi… La seule chose qui ne me fait pas rire, ce sont tous ces gens qui sont restés sur le carreau et pour lesquels tous ces dirigeants ont trouvé toutes les justifications possible, tant pour ce qu’ils ont fait que pour ce qu’ils se préparent (ou préparaient) à faire…
    Tout ceci est un grand cirque, oui…
    Bonne soirée à toi.
    .

  3. Ballade pour un coup manqué.

    Plus que le Tsunami sur les côtes Nippones,
    L’affaire qui parut de nature friponne,
    Plus loin que l’Effémi provoqua des remous :
    Pour la première fois Déesska banda mou !
    Mais l’amour qu’il portait aux petites culottes,
    Avait-il justifié qu’on lui mît les menottes ?
    Qu’avait-il fait, sinon que tenter d’honorer,
    En bravant le Sida qui pouvait s’y nicher,
    L’entre-deux rebondi d’une Cananéenne,
    Race bibliquement vouée à la géhenne… ?
    De l’acte rédempteur, eût-il dû s’abstenir ?
    Malgré sa femme Anne… qui n’a rien vu venir ?

    David n’usa-t-il pas ainsi de Bethsabée,
    Qui ne fut pas cruelle et céda bouche bée ?
    Déesska pouvait-il, étant fils de Sion,
    Donc de la race élue !- oublier l’élection ?
    Peut-on lui reprocher de s’être trompé d’urne,
    Et d’en avoir cherché la fente avec ses burnes ?
    Allons donc ! Quand on est serviteur de Démos,
    Et qu’on se sent pourvu du braquemart d’Eros,
    On se doit de pousser l’argument sans réplique,
    Afin que tout sillon devienne raie publique !
    Mais toi, de tels assauts, si riche en souvenirs,
    Comment Anne Sinclair n’as-tu rien vu venir ?

    Un poète a bien dit, et ça vaut pour Hercule,
    Que le désir s’accroît quand l’effet se recule !
    C’est un fait que l’objet désiré recula,
    La tentatrice noire ayant dit : « Halte-là ! ».
    Ainsi donc l’instrument dont s’honorait Priape,
    Se trouva bêtement privé de sa soupape,
    Et Déesska gagné par la fièvre du rut,
    Déversa sa fureur sans atteindre son but !
    Ce Niagara, (ce n’était pas la mer à boire !)
    Devint pour la police une piste notoire !
    Et désormais, le Procureur va requérir !
    Comment Anne Sinclair n’as-tu rien vu venir ?

    Princesse dont la grande ambition s’est brisée,
    Par une foufounette insensible au plaisir,
    La roche Tarpéienne est près de l’Elysée !
    Mais comment tes yeux pers n’ont-ils rien vu venir !

    D’après Jean d’Ax

Amis Raslebolistanautes, merci de votre visite

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s