Vampires impôts… Les Inconnus !

Publicités

Des bleus… à la queue-leu-leu…

Après les bleus, pas vraiment bleus

Où les acteurs, pas à la hauteur

Nous faisaient croire, sans nous avoir

Que la vraie vie, c’est la série…

 

Nous qui savions, sans être c..

Que la plus belle, n’est qu’une poubelle

Nous allons voir, c’est méritoire

Que chez les flics, y a des pov’types

 

Assez fachos, et pas très beaux

Un peu vieux jeu, surtout miteux

D’penser qu’les filles, c’est pour la quille…

Ou les pucelles, pour la vaisselle…

 

Que les nanas, c’est ça l’plus gras

Sont très capables, sans être bancales

Qu’elles ont des mioches, et des baloches

Et qu’pour la claque, elles ont la niaque…

 

S’agit d’capter, c’est suggéré…

Qu’la famille d’avant, c’est pas bandant

Qu’la nouvelle mode, c’est l’homomode

Ou dans le pire, solos délirent !

 

A la téloche, y a plus d’Gavroche

Pour faire rêver, faut pas montrer

Que le vrai monde, pas mal immonde

Pour exister, doit décérébrer…

@ Rosy’n

3dec2011-axe

Repenser la différence des sexes

J’ai failli oublier le mode de publication des vidéos Dailymotion… et croire que cela venait de la modification de la procédure WP. Comme quoi il ne faut pas trop s’éloigner du blog…

Voici une excellente vidéo, avec une magnifique Sylviane Agacinsky , vous ne verrez pas le temps passer. Au là du fait qu’elle soit bien dans l’air du temps, je pense qu’il faut aller plus loin dans la compréhension du féminisme radical (lesbien) qui n’a plus rien à voir avec le féminisme originel, si l’on veut éviter de tomber dans le piège de toutes ces couleuvres que « la gauche la plus bête du monde » veut nous faire avaler. Et en savoir plus sur l’idéologie qui s’impose de force comme matière incontournable pour la transmission du Gender dans les livres de SVT de première, à tous les ados de France et de Navarre. Je vais m’atteler à la construction d’une page entière sur ce sujet avec tous les liens et les vidéos contradictoires que j’ai trouvé sur le net, pour rassembler tout ça en un seul endroit !

Les femmes et le pelage…

Les femmes et la contradiction…

Les nanas ont perdu un boulon… Plusieurs sans doute…

Ou alors c’est la blonditude intérieure ?

Elles veulent le partage des tâches… Elles l’ont obtenu !

Elles veulent que les mecs suivent (la mode gay) d’enlever tous ces poils qu’elles ne veulent pas voir…. Ils s’épilent !

Alors expliquez-moi pourquoi elles se plaignent de les voir perdre de la vigueur au lit ???

J’aurais pu dire aussi « les femmes et la logique » !!

Mais ce qui se cache derrière est moins drôle : c’est la souffrance des hommes. J’ai trouvé ce matin cette vidéo sur « la folie du féminisme en Suède», et lorsqu’on sait à quoi sert le féminisme dans notre « monde évolué », on a vite compris ce que représente le poids de la souffrance des hommes, pour des nanas comme Forrest Caro…

Mais la bonne nouvelle c’est qu’il n’y a pas d’homme au service de Forrest Caro, elle se paye une femme de ménage. Jusqu’où va se nicher le féminisme tout de même !!

Sur : « Les prostitués du gouvernement »

Je fais suivre un post qui présuppose la soumission journalistique aux recommandations gouvernementales comme la suite logique du rétablissement de la niche fiscale qui entache leur indépendance. Est-il alors justifié de dire que l’objectivité ne serait plus de mise ? Et à vrai dire nous n’étions pas dupes. Mais il est bien dommage que les journalistes eux-mêmes ne s’en aperçoivent pas. « Ne s’aperçoivent pas qu’ils passent pour des guignols » devrais-je dire. 

Pour preuve, le filtrage des infos pour ne faire apparaître que celles qui servent le politiquement correct (ex : François Hollande le guerrier fort) et la censure de tout ce qui est contraire à la ligne du pari politicien sur la durée du mandat : « le rien-faire »Ici et ici…  A nous qui n’avions déjà plus foi dans nos politiciens, il faudrait dorénavant ajouter les médias dans cette crise de confiance ? 

Je l’ai trouvé sur FB, et je suis bien obligée de le copier/coller pour ceux qui n’ont pas de compte sur le réseau social ! 

« A 7 650 Euros la passe, les journalistes perfectionnent leur prostitution au Gouvernement…..

En censurant la vérité au profit du politiquement correct qui conditionne la pensée unique, la presse et les médias télévisés se complaisent dans les phrases caricaturales asservis au pouvoir en place.

Après avoir obtenu le maintien de la niche fiscale  qui les lient indéfectiblement à leur bienfaiteur, il n’est plus possible aujourd’hui de condamner, de démentir ou de se dédouaner de la bienpensance. La liturgie de gauche devient le livre de chevet du journaliste sans âme, inféodé à la reconnaissance éternelle.

Ainsi, l’omniprésence médiatique de Nicolas Sarkozy soulève un tolet de reproches et de mécontentement de la presse, comme si, d’une seule voix, elle s’exprimait au nom de Hollande et de son gouvernement. De la même façon, on minimisera les chiffres de la manifestation des opposants au « Mariage pour Tous » et, inversement, on surestimera outrageusement ceux de la manifestation des partisans.

Au delà de ces deux exemples, c’est tout le système d’information ou devrais-je dire, de désinformation qu’il faut remettre en cause. Plus encore, c’est l’indépendance de la presse et des médias qui doit être repensée. Car, de leurs dirigeants pseudo-intellectuels aux mains propres et aux pieds dans le fumier, en passant par les rédacteurs en chef et les journalistes soumis au « cirage de pompe » et à l’éloge dégoulinante d’un gouvernement pernicieux, tout ce petit monde est convaincu de faire la pluie et le beau temps sur l’opinion publique française.

Mais le français est retord, plus même, il est revanchard ! La preuve, il s’exprime ici et il s’exprimera encore ailleurs pour dénoncer et condamner une manipulation destinée à orienter la pensée collective et à laisser croire qu’il en est toujours ainsi ! »

Par Robert LEDOUX sur Facebook

04_tabou2

Par le bout du nez !!!

Nous allons reprendre la problématique à la base, parce que j’ai constaté que quelques uns (unes) n’ont pas compris ce qui était réellement en jeu aujourd’hui : le monde que vous avez voulu construire pour vos enfants, l’espoir d’un monde meilleur pour eux lorsque vous les avez mis au monde. Ce monde meilleur qui n’existe plus que dans vos rêves…

Il y a quelques dizaines d’années déjà que certains « intellectuels » de la stratosphère mondiale, plus précisément étasunienne, ont décidé de manière autant arbitraire que radicale, que la (leur) Terre était trop belle pour la laisser se surpeupler, et qu’il n’y aurait jamais rien à faire pour que « ces cons » (les pauvres) arrêtent de baiser et de se reproduire…

« Ces cons là polluent beaucoup trop (notre) la planète Terre », sous-entendu « les pauvres » (en raison de tous les déchets que les humains produisent qui détruisent (notre) le paysage, et autres fadaises).

« Il faut toujours cultiver la Terre pour (les) nourrir, couper du bois pour (les) loger, (les) soigner, (leur) filer du pognon, (ils) se font constamment la guerre ou (ils) nous cherchent des noises, et en plus, c’est ruineux, (ils) commencent à défiler dans la rue pour avoir des augmentations de salaire tous les ans. La (notre) Terre ne tiendra plus longtemps, c’est à n’y pas tenir, il faut faire quelque chose. »

« Comment se débarrasser des pauvres, se sont-ils demandé » ?

Je ne saurais ici vous énumérer tout par le détail, parce que je suis loin de tout savoir moi-même. Je peux simplement vous citer deux exemples contradictoires en apparence et pourtant significatifs pour éviter de faire un article de trois pages, dont vous vous lasseriez vite. Mais souvenez vous de cet article sur le HIV, et la suspicion de complot visant à éliminer (on ne va pas commencer à avoir peur des mots sur ce blog) une bonne partie de la population mondiale !

Deux exemples devraient vous faire réfléchir. Pour le Sras, nous étions dans le cas d’une possible pandémie mondiale hors de contrôle. Il y a eu un branle-bas de combat parce que personne ne pouvait dire qui serait touché, ou pas. Des riches et puissants… ou pas ? Vous y êtes ?

Moralité il y a eu des pays en quarantaine et la pandémie a été rapidement circonscrite. Pour le HIV, il en a été tout autrement. La population « cible » était en pleine revendication des droits, et nous sortions tout juste de la révolution des mœurs des années soixante-dix, Beatniks et autres. Il était déjà « interdit d’interdire », voilà que nous arrivait l’interdiction de « stigmatiser »… Et à aucun moment il n’a été question de mettre en quarantaine les premiers malades pour protéger le reste de la population. De la population « cible », on est vite passé à la population hétéro par la courroie de transmission des bisexuels qui faisaient un petit tour au Bois de Boulogne avant de rentrer chez bobonne. Je schématise parce que je n’ai pas le temps de faire le recensement de tous les lieux de plaisir…

Trente ans après, le virus est une grande réussite planétaire qui a certainement dépassé de loin tous les espoirs. Les labos gagnent un argent fou avec la tri et quadri-thérapie, et la Sécu est dans le rouge. Il y a bien des malades qui meurent, mais il y a tous les ans tellement de contaminations nouvelles, que c’est devenu une vraie mine d’or… Je fais express de pousser le bouchon un peu loin, mais, n’est-ce pas la réalité ???

Et nous arrivons à la dernière idée à la mode. S’il n’y a pas moyen d’empêcher les pauvres de baiser, il y a peut-être moyen de réduire la population mondiale en les empêchant de se reproduire… Cette toute nouvelle « idéologie du gender », qui est présentée comme une « science » est enseignée dans les livres de terminales, matières SVT (parce qu’ils n’ont pas du obtenir les autorisations de le faire plus tôt) apprend aux ados que ce n’est pas parce qu’on a un zizi qu’on doit obligatoirement être un homme, et que ce n’est pas parce qu’on n’en a pas qu’on est obligée d’être une fille !!!

Si j’ajoute à ça , j’enfonce le clou bien profond pour qu’il ne subsiste pas de doute dans votre esprit, que les associations « féministes » (traduisez tenues par le mouvement), proclament à tout va dans les émissions de téloche (parce que parler de « télévision » à ce stade c’est gâcher) « que les garçons sont tous des cons, violents et violeurs » (je reprends mot pour mot le discours de la dernière connasse que j’ai entendue en deuxième partie de soirée), et « qu’on a le droit de choisir » avec qui on veut vivre, ou « qu’on n’est pas obligée de supporter un homme »… Je vous laisse imaginer ce qui peut se passer dans les cervelles immatures des ados dans les lycées ou dans les FAC, où ils sont soumis, comme par hasard, aux assistantes sociales du lobby qui exercent aussi dans les bureaux du « planning familial »… Comme c’est bizarre, vous avez dit bizarre…

Comme si ça ne suffisait pas, allez donc vous promener dans un kiosque à journaux, rayon fille (modes et fanfreluches), ne serait-ce que pour jeter un œil aux couvertures de ces torchons pour soi-disant décérébrées, je vous assure qu’il n’y a pas une semaine ou le sujet « des sexualités » n’est abordé…

Entendons-nous bien. Je ne parle pas ici de l’homosexualité naturelle, de celle qui serait écrite dans la biologie de l’individu, et qui n’est pas critiquable.

Je parle de cette épidémie d’homosexualité de propagation (de propagande), particulièrement féminine, construite sous notre nez sur la haine de l’autre sexe. Il ne s’agit plus seulement de « guerre des droits », même si elle est agitée sous notre nez tous les jours, il s’agit bien de mettre en application au plus tôt l’idéologie du GENDER, dont je vous laisse ici un court extrait pour vous mettre en appétit.

« Or que nous dit par exemple le texte de Gender Perspective in Family Planning Programs sur l’utilité du gender : «  Pour être effectifs à long terme les programmes de planification familiale doivent moins chercher à réduire la fertilité au sein des rôles de genre existant, qu’à changer le rôle de genre afin de réduire la fertilité ». Ce texte daté du 20 octobre 1992, émane d’un organe technique de l’ONU du nom de UNFPA ( United Nations for Population Aid). C’est clair. La reproduction doit être réduite d’autorité en faisant changer les gens d’orientation sexuelle. Le Dr Gertrude Mangella, présidente du Parlement panafricain déclarait le 22 novembre 2008:« La reproduction est comme un esclavage enchaînant les femmes » (Reproductrion is same enslavement that chains women). Le 22 janvier 2007 s’est tenue un colloque à la mairie de Paris sous les auspices de M. Delanoë, maire et dirigé par Mme Hidalgo, 1ère adjointe, Thème principal: « Vers une procréation sans femmes ».  Et en juillet 2008 paraissait un ouvrage de Corinne Maier intitulé No Kids (pas d’enfants). Ce fut un succès de librairie qui concrétise bien cet espèce de suicide collectif de la société. Ainsi la revendication féministe à l’origine de l’idéologie du gender – Simone de Beauvoir affirmant qu’on devient femme par choix et non par état – est prégnante plus que jamais. » L’article complet ici 

Sauf que je ne pense pas que Simone de Beauvoir en aurait fait cette traduction extrémiste (un homme peut devenir femme et inversement). Je pense qu’elle a voulu dire « on devient femme en grandissant », ce que les filles d’aujourd’hui ne font plus !!!

Pour finir, mon souhait est, à ce jour, que vous regardiez les jeunes autour de vous avec un regard un peu moins naïf, parce qu’ils ne sont pas si innocents qu’ils veulent vous le faire croire, et que vous commenciez à vous poser la bonne question (la seule qui mérite d’être posée en définitive) : « est-ce que cette fille est VRAIMENT lesbienne » ???

Ce sont souvent les filles qui sont touchées, parce qu’elles font généralement les mêmes conneries que les copines, c’est pratique. Et puis parce « con » leur a dit que « les hommes étaient tous des cons », « que ce n’était pas grave de coucher avec une personne de même sexe », et, « qu’un gars ou une fille c’était pareil »… Et puis parce que les gars protègent leurs arrières si vous voyez ce que je veux dire…

Enfin il y a le militantisme. Voyez-vous, à votre place je me demanderais pourquoi il y a autant d’ados dans les manifs pour le mariage homo… Si ce n’est parce « con » leur a demandé d’y aller, parce qu’il faut faire voir aux journaleux et aux téloches, « qu’il y en a beaucoup (de militants) et que la loi doit s’adapter aux nouvelles pratiques sexuelles »…

Mais bien sûr il a été vivement recommandé aux jeunes filles de « ne pas se laisser faire par leurs parents », de leur dire « qu’elles étaient lesbiennes », et non pas qu’elles l’étaient devenues par choix passablement induit, sans quoi elles se seraient faites remonter les bretelles je pense, et puis il y aurait très peu de monde si disposé à aller arpenter les avenues en soutenant ceux qui se sont introduit dans l’esprit des jeunes. Les parents, instrumentalisés par ricochet, ne pourraient pas être utilisés comme ils le sont aujourd’hui pour défiler, parce les parents en révolte se seraient défilés. Et nous n’en serions pas là aujourd’hui !!!

J’aimerais que vous attendiez quelques heures avant de mettre un commentaire, le temps de bien regarder les liens, celui de la réflexion pour bien saisir toutes les implications, et veuillez me pardonner pour la longueur inhabituelle. Je vous remercie !