Définition de la Monkitude, plus quelques infos bien choisies…

Ce matin je vais vous expliquer ce qu’est la monkitude, du nom de la série américaine bien connue ! 

J’ai tendance à être un poil maniaque, et j’aime bien que le blog soit uniforme pour tout ce qui concerne la couleur et la police. C’est un réflexe acquis en raison des multiples changements intervenus sur WL en premier, dont moultes modifs de l’hébergeur…

Et puis, c’est plus pratique au cas où il viendrait à l’idée de vouloir changer de thème, de fond, ou même d’hébergeur pour ceux qui y pensent. En couleur « automatique », il n’y aura jamais de problème pour faire ces transformations !

Voilà donc pourquoi j’ai encore eu ma période Monk hier avec l’article en noir, passé en « jaune clair » pour la visibilité, et revenu ce matin en « automatique »…

Surveillez bien les étiquettes et achetez le miel de France…

J’ai toujours été persuadée que nous pouvions manger du miel en toute sécurité, que ce produit fabriqué par les abeilles était 100% naturel, et bien il semble que ce ne soit pas le cas partout. A la suite à l’info donnée par un ami, j’ai cherché des explications sur cette fraude massive.

De fait, malgré l’interdiction prise en Europe en 2010 pour les interdire, de nombreux miels importés
de Chine (chargés aux antibiotiques, aux métaux lourds ou simples sirops cuits aux édulcorants) envahissent les rayons de nos grandes surfaces, en contournant allégrement la loi. Le « blanchiment » se fait avec la complicité, volontaire ou pas,  d’autres pays.

C’est de cette façon qu’on a pu voir « des filières » de vente de miel en hausse significative depuis des pays qui en exportaient très peu auparavant, Inde entre autres…

« Pourquoi le miel de Chine est-il dangereux ?

Les fabricants de miel chinois ont commencé à utiliser des méthodes variées pour dissimuler l’origine de leur miel en 2001 environ.  Cette année là, le Commerce Departement a imposé une sévère taxe sur le miel chinois – 2.40$ /kg- pour dissuader ce pays d’envahir le marché américain avec des produits très bon marché qui obligeaient des centaines d’apiculteurs américains à abandonner leur métier.

A cette même époque, les apiculteurs chinois ont découvert une maladie bactérienne dans leur couvain, qui s’est répandue à toute vitesse parmi leurs ruches, tuant 10 millions d’abeilles. Ils ont combattu cette maladie avec plusieurs antibiotiques vétérinaires de fabrication indienne, dont le chloramphenicol. Des chercheurs en médecine ont démontré un risque de cancer pour les enfants traités avec cet antibiotique. Peu après, le  FDA a interdit sa présence dans l’alimentation. 

La contamination aux métaux lourds :

Les chinois ont beaucoup d’usines ultramodernes mais leurs apiculteurs n’ont pas la même sophistication. Des dizaines de milliers de petits opérateurs sont installés sur les rives de la rivière Yangtze, sur la côte de Guangdong et Changbai jusqu’aux profondeurs de la province de Qinghai. La contamination au plomb a été attribuée à ces petits vendeurs qui utilisent de petits récipients soudés au plomb pour récolter et conserver le miel avant qu’il soit collecté par les courtiers. 

La quantité de chloramphénicol trouvée dans le miel est infime. Quoi qu’il en soit, les experts de la santé publique disent qu’elle peut causer une réaction sévère, voire fatale (aplastic anémia) dans un cas sur 30.000. 

Les autorités européennes ont trouvé du plomb dans le miel acheté en Inde au début de l’année 2010. Un an plus tard, le Indian Export Inspection Council a testé 362 échantillons de miel exporté  et a rapporté une contamination au plomb et à minimum de 2 antibiotiques dans presque 23% des échantillons testés. 

La présence de plomb dans le miel présente une menace sanitaire bien plus importante.  « La présence de métaux lourds est un souci complètement différent, car les métaux lourds s’accumulent dans l’organisme. C’est
particulièrement dangereux pour les enfants » d’après Phipps.

Malgré tous les interdits, les enjeux sanitaires et les critiques du miel indien n’ont pas ralenti le commerce de miel vers les USA et ailleurs. En février, les apiculteurs indiens et les experts agricoles du gouvernement ont déclaré qu’à cause de la météo et des maladies, la récolte de miel indienne serait retardée et réduite jusqu’à 40%.  Cependant, deux mois plus tard, le 15 Avril à Ludhiana, des employés de Kashmir Apiaries Exports et Little Bee Group, les plus grands exportateurs de miel indiens, posaient pour les journaux devant « deux trains pleins de miel », transportant 180 containers de 6 mètres, soit une quantité record de 4.4 milliers de tonnes de miel à destination de ports à l’export. Les données reçues par FSN d’un courtier international en Inde vendredi montraient que depuis les derniers mois, 16 cargaisons, soit plus de 344 tonnes de miels, ont quitté le port de Nansha, en Chine pour Little Bee Group en Inde. Le miel portait le même identifiant  que le miel de Chine.

Les enquêteurs gouvernementaux aux USA et en Europe et les commissionnaires de douane en Inde
ont déclaré à FSN que de précédentes enquêtes criminelles avaient montré que les fournisseurs de miel chinois et leurs courtiers étaient passés maîtres dans l’art de falsifier les documents commerciaux. Chacune des cargaisons, qu’elle vienne de Chine ou  d’Inde, portait le même numéro d’inspection du FDA. Mais la Division of Import Operations de la FDA n’a pas répondu à nos demandes d’information sur quand et où est attribué ce numéro FDA. 

Pourquoi les fraudes n’ont-elles pas cessé ? 

Les arnaques massives sur le miel dont les USA sont la proie depuis plus de dix ans – l’acheminement du miel de Chine vers un second pays avant d’arriver aux USA– ont probablement reçu un  coup fatal pendant les deux dernières années.

Pendant cette période, les juristes du  Justice Department et les enquêteurs du Department of Homeland Security et du FDA ont lancé une série d’accusations suivies de l’arrestations de 23 employés de 9 entreprises internationales d’Allemagne, Chine, Taiwan, et Amérique. Ce fut une série impressionnante d’arrestations dans trois continents et une manne pour un grand roman policier. Mais, d’après certains des plus grands producteurs et importateurs de miel en Amérique du Nord, les arrestations n’ont pas été dissuasives.  « Il y a toujours des milliers de tonnes de miel chinois arrivant aux USA et tout vient à présent d’Inde et du Vietnam. Tout le monde le sait dans l’industrie », dit Gagnon d’Odem International. 

Comment font-ils ? 

En matière d’adultération du miel, les escrocs essaient toujours d’être un cran au dessus des enquêteurs.  Par exemple, lorsque les agents des douanes ont découvert que le miel chinois transitait habituellement dans des fûts métalliques bleus, les exportateurs les ont rapidement peints en vert.  Il a fallu un certain temps aux enquêteurs pour apprendre que souvent – lorsque les fûts étaient en mer ou au port – les chinois échangeaient les étiquettes des fûts et la paperasse bidon montrant le pays d’origine, choisi car non-soumis à d’onéreuses taxes d’import. La fédération du miel russe a tiré la sonnette d’alarme lors de l’étiquetage de milliers de tonnes de miel chinois comme venant de Russie

Après que la supercherie ait été éventée, les félons ont transporté le miel chinois vers des pays comme le Vietnam, l’Indonésie, la Malaisie, et même l’Australie. Là-bas, le miel est reconditionné, et d’authentiques documents locaux sont émis, puis le miel est expédié aux USA ou ailleurs.

Une autre arnaque favorite des fraudeurs chinois est de mélanger de l’eau sucrée, des édulcorants maltés, du sirop de maïs ou de riz, du jaggery (sucre non raffiné), et d’autres additifs avec un peu de vrai miel. Ces dernières années, de nombreux commerçants ont complètement éliminé le miel et utilisent simplement un épais sirop coloré d’édulcorants naturels ou artificiels étiqueté comme du miel.  Pourtant des analyses poussées qui permettent de relier le pollen du miel à une région sont disponibles dans deux ou trois laboratoire dans le monde entier.

Il y a aussi des tests plus simples et moins chers pour détecter des révélateurs de l’utilisation d’édulcorants commerciaux et d’autres édulcorants plus facilement accessibles. Un laboratoire allemand, fondé par des apiculteurs il y a cinquante ans à Brême, détecte avec une grande précision les pollens de fleurs dans le miel. Il y a seulement un expert aux USA connu pour analyser le pollen et déterminer son origine géographique, au laboratoire de Palynologie à Texas A&M. Le laboratoire a été créé et est dirigé par Vaughn Bryant, palynologiste expert et professeur d’Anthropologie. 

 « Si, par exemple, ils trouvent du pollen de fleurs qui poussent à des latitudes plutôt nordiques comme la Chine, mais dans un miel produit manifestement dans des pays tropicaux – Inde, Vietnam, Malaisie, etc. – vous savez que quelque chose ne tourne pas rond » dit Phipps, qui produit un rapport trimestriel international qui reprend les échanges de miel entre pays et les exports. 

Pour éviter d’être repérés par leurs acheteurs ou par des enquêteurs, quelques producteurs chinois  dotés d’industrie ultramodernes, font passer du miel chauffé à haute pression à travers des filtres en céramique élaborés. Cette ultrafiltration dissimule ou cache toutes les empreintes florales et autres preuves de la présence d’édulcorants ajoutés ou de contaminants. 

« Les chinois ont affiné leur méthode pour cacher les produits contaminants par ultrafiltration, de sorte que leur miel a l’air parfait. Mais ce n’est plus du miel. Il n’y a pas de goût. Il n’y a pas de parfum. Il n’y a rien….

« Nous n’avons mis fin à aucune importation de miel parce-que nous devons maintenant détecter le miel ultra-filtré. Si nous détectons du miel ultra-filtré, nous lui refuserons l’entrée dans le pays » a déclaré Tamara Ward, chargée de presse au FDA. 

Les experts du miel craignent que de nouvelles technologies rendent la détection des adultérations encore plus ardue.  Lors de la conférence du Institute of Food Technologists en Juin à la Nouvelle Orléans, il y avait des centaines de vendeurs chinois travaillants en petits groupe sous la bannière rouge. Ils vendaient presque toutes les épices et les substances alimentaires et les additifs qu’un industriel alimentaire puisse souhaiter et les promesses de concocter n’importe quoi d’autres dont ils puissent rêver. Ils soulignaient « Entièrement approuvé par le FDA » aux clients potentiels.« 


Un commercial a rapidement camouflé sa carte de visite lorsqu’un reporter a sorti un magnétophone pour enregistrer l’homme promettant « une nanoparticule édulcorante non détectable pour le miel»….  Article complet ici

A propos de Lipton

Parce qu’il n’y a pas de petites magouilles pour échapper aux normes, la Pologne est sans doute un pays moins strict à ce niveau, et parce que les normes ont un coût en vérifications (forcément ont un un impact également sur le nombre des salariés)…. Sachant aussi qu’il n’y a pas de petits bénéfices, et que tout bout à bout, les petits ruisseaux font les grandes rivières…

Et parce que je ne suis toujours pas prête à digérer la délocalisation de l’usine Lipton de Gémenos… je vous fait suivre ici un article sur les thés de Chine, Lipton, et Unilever, les trois pour le prix d’un, moi aussi j’économise…

Vous remarquerez les mains « fermées » qui parlent bien de la directrice en communication, ainsi que le lapsus révélateur sur « programme »/ »problème de surcapacité »…. Heureusement qu’elle devait répondes à « une question simple »… La pôôvre !

Et puis, comme je le disais chez Fabien, est-ce qu’il n’y a pas un peu d’incohérence à « faire dans l’alimentaire » pour une industrie des plus polluantes qui soient sur cette terre : je veux parler de la chimie. Car, si la chimie est crédible dans la fabrique de la lessive, elle devrait l’être beaucoup moins pour les consommateurs que nous sommes dés lors que nous parlons de nourriture ?

Je cite :

« Haro sur les résidus de pesticides dans le thé : après une première campagne qui concernait neuf grands producteurs de thé chinois, Greenpeace Chine s’attaque, dans un rapport publié mardi 24 avril, aux thés Lipton vendus dans le pays. La marque, qui appartient à la multinationale Unilever, est leader en Chine pour les thés en sachet.

Aucun des thés testés lors des deux campagnes n’est destiné à l’exportation : les normes européennes par exemple, qui ont été renforcées le 1er octobre 2011 pour les thés chinois, imposent des limites maximales de résidus (LMR) bien plus strictes que celles en vigueur en Chine. Mais ces résultats confirment les failles du contrôle sanitaire tout au long de la chaîne qui va des planteurs (ils sont 8 millions en Chine) au consommateur dans le premier pays producteur de thé au monde.

Les quatre catégories de thé Lipton que l’équipe de Greenpeace a fait tester en laboratoire sont un thé vert, un thé au jasmin, un thé appelé Iron Buddha et enfin un thé noir, tous conditionnés dans l’usine géante du groupe à Hefei, dans la province de l’Anhui. Chacun des trois premiers échantillons contient au moins neuf types de pesticides – dont sept n’ont pas été approuvés dans l’Union européenne(UE). Parmi eux, des traces d’au moins trois substances actives de pesticides interdites en Chine sur les plants de thé en raison de leur très haute toxicité (le dicophol, l’endosulfan et le méthomyl) ont été détectées »…   La suite ici

LA NOUVELLE VIANDE DU FUTUR ???

Je pense que vous serez contents de regarder cette vidéo. Entre la viande remballée, et/ou clonée voici la viande fabriquée… C’est la petite dernière, « a-mal-gamée »…

Je ne sais pas pour vous, mais moi ça ne me donne ni très faim, ni confiance dans l’industrie agroalimentaire. Cette nouvelle invention répugnante va me faire plus certainement apprécier la nourriture végétarienne !

Pour que vous compreniez mieux, Michel avait posté cette vidéo en commentaire à la suite d’un article sur l’AJT où figurait en bonne place la vidéo ci-après !

ASPARTAME LE TUEUR SILENCIEUX…

Avant de m’énerver, une fois de plus, prenons ce qui a déjà été fait. Une vidéo relatant les méfaits de Mosanto-Aspartame, ainsi que l’article d’un ami au titre évocateur  !


 

L’article de mon ami ici :

L’EFSA dédouane l’aspartam en un temps record

Pour mémoire : EFSA = Autorité Européenne de Sécurité des Aliments…

Aussi indépendante que l’AFSSAPS l’a été pour nous nous protéger du Médiator… Et tout aussi neutre sans doute ?

Et dans la foulée, sur l’AJT ensuite, une excellente plante de substitution qui (comme c’est bizarre) a été longtemps interdite à la vente, source d’une amie productrice de plants !

Il ne faut surtout pas faire d’ombre à Mosanto, à son impunité, ou à son tueur silencieux : Aspartame 😦

A vous de juger…


LES ETIQUETTES LOUPEES…

Suite au billet de Patonze relatif à la pâte à tartiner chocolatée composée d’huile de palme, et comme je connais l’impact économique, environnemental et animal, ainsi que les
effets nuisibles de cette huile pour la santé, j’ai décidé de vous chercher quelques liens pour consommer en toute connaissance de cause, avec ou sans modération ou boycotter… C’est vous qui voyez…

Depuis la maladie, je me suis rendu compte que je mangeais mal, même parfois sans le réaliser, juste par habitude, en prenant toujours les mêmes produits pour aller plus vite… Et je pense ne pas être la seule à fonctionner comme ça.

Aujourd’hui, je veux changer mes habitudes de consommation pour protéger ma santé, par exemple, je souhaiterais éliminer complètement les produits industriels de mon alimentation, bien que parfois ce ne soit pas facile avec les jeunes qui achètent de la pizza….

Mais je voudrais bien que les ingrédients soient indiqués en plus grand sur les étiquettes… Parce que je ne veux pas me promener avec une loupe accrochée autour du cou !!!


AGRICULTURE ET SANTE (OU DESTRUCTION) ???

 

 

Vidéo prise sur ce site et envoyée par Jean-Marc  

 

http://www.koreus.com/video/alerte-babylone 

La première vidéo ne s’affiche plus sur le blog depuis le transfert vers WordPress. Il faut cliquer sur le lien de redirection pour l’écouter. Je me suis rattrapée en ajoutant la deuxième, sur même sujet et tout aussi intéressante. Une chance sans quoi je passais à côté… Par contre, les commentaires ne concernent que la première !